Les Nouvelles de l'ASUC N°30

Dernière mise à jour : 3 sept.

PROJET D’AMENAGEMENT & GESTION

DOSSIER PARKING STAROMER

Inquiétudes des plaisanciers




Chers membres, chers plaisanciers,


La réorganisation sans concertation du plus grand espace (STAROMER) de stationnement du port du Crouesty est au centre de nos attentions.


Suite à l’article du TELEGRAMME paru le 18 août, l’ASUC s’était engagée à compléter votre information. C’est donc l’objet de cette édition.


Article numérique 18.08.2022
.pdf
Download PDF • 190KB


RAPPEL

Dès 2017-2018, à l’annonce du Projet de réaménagement du port–Interface ville-port, la CPM affirmait que le nombre de places du parking STAROMER resterait identique.

Un très récent comptage actualisé par des plaisanciers élus au CLUPIPP/membres du Conseil portuaire identifie 368 places.



PROJET TEL QU’ANNONCE PAR LE GESTIONNAIRE


COMPTE-RENDU réunion 12 juillet 2021
.pdf
Download PDF • 6.21MB


Ce document présenté en juillet 2021 et lors du Conseil portuaire de 2021 propose divers éléments concernant : Terre-plein nord - Définition des aménagements – Localisation des travaux – Parking et terre-plein nord – Parking polyvalent (Image CPM supra).


Le parking STAROMER dit « Parking polyvalent » est aussi l’objet de l’ENQUETE PUBLIQUE, Référence N° E21000133/35 – Conclusions et avis, extraits (pages 10 et 11) : Informations recueilles auprès de la CPM et retranscrites par Madame TANGUY/Commissaire enquêtrice :


- « L’objectif de gestion du parking d’environ 300 places… est d’accueillir, sur un seul espace (sans délimitation de zones, à la fois les plaisanciers du port et les visiteurs. Le nombre de places dédiées à la plaisance et au public sera variable en fonction de la saisonnalité. »


- « Les plaisanciers auront toujours accès à ce parking (reconnaissance de plaque, carte Passeport escale). Le grand public quant à lui accèdera moyennant paiement et cela dans la limite des places à cet usage. »


- « Actuellement seules 220 places sont réservées aux plaisanciers et aux professionnels. La nouvelle organisation offrira à minima autant d’emplacements pendant les périodes de fortes affluences. »


- « Le réaménagement du parking STAROMER interroge : perte de 68 places, création d’un seul accès commun aux touristes, plaisanciers et professionnels, absence de lisibilité quant à la répartition des places entre les différents usagers. »



NOS INTERROGATIONS



ð Sur la capacité de stationnement,


- Bien qu’ayant confirmé vouloir se conformer au principe : « Un bateau, un emplacement de stationnement » la CPM dans ses perspectives annoncées pour 2023 est en contradiction avec les engagements formulés en 2017.


- Constat : Perte de 68 places puisque simplement désormais 300 places sont annoncées.


Qu’est-ce qui justifie une telle suppression ? Sur quelles données se base cette perspective ?


Selon l’ASUC, cette perspective est en contradiction avec une augmentation de l’occupation des emplacements de stationnement des véhicules. Et pour cause :


1. L’augmentation du nombre de contrats particuliers.


2. La nécessité qu’ont désormais les plaisanciers-usagers de la darse Est de stationner sur le parking STAROMER pour avitailler leurs bateaux.


Actuellement, sur ce parking, des places sont réservées aux plaisanciers. Celles-ci sont à partager entre ceux des 5 pontons de la Darse Est/I, J, K, L, M et N de la nouvelle panne collectrice, et ceux des 5 pontons de la Darse Nord/O, P, Q, R et S.


Y compris les places dédiées aux véhicules d’intervention des professionnels de la plaisance et locataires ponctuels des professionnels de location de bateaux stationnés à flot.


A souligner que la création d’une (future) MAISON DE LA MER (en remplacement du bâtiment actuel MAISON DU PORT) sur le site (angle sud-ouest où seront implantés les réseaux adéquats) suscitera de nouveaux stationnements. Dans cette perspective le nombre de 300 places envisagé est inadapté/irréaliste.



ð Sur la création d’un accès unique et commun,


La configuration telle qu’envisagée mêlant à la fois le public, les plaisanciers et les professionnels du nautisme engendre un véritable manque de lisibilité quant à la répartition des emplacements qui seront réservés aux différentes catégories de personnes concernées.


Qui sera privilégié ?


· Les plaisanciers-usagers* et professionnels du nautisme ?

L’un comme l’autre à divers titres, sont « clients » contractuels du gestionnaire du port/CPM. Ces « clients », en échange de services liés au stationnement des navires, contribuent par le paiement d’une redevance annuelle au fonctionnement du port. Pour preuve, la contrepartie de cette redevance. A savoir, l’accès via la carte personnelle PLAISANCE MORBIHAN/Passeport Escales, associé à la « reconnaissance par plaque ».


· Le public favorisé par la Commune qui souhaite développer l’attractivité du port à savoir les promeneurs, les touristes mentionnés à tort « usagers » alors qu’ils ne sont pas contractuels de la CPM/gestionnaire du port.

Ceux-ci, désignés « Le grand public » accèderont moyennant paiement et cela dans la limite des places à cet usage.


Sans délimitation claire, le risque est que le public empiète et s’approprie les places dédiées aux plaisanciers-usagers.


*Note : « Usagers » par opposition à la notion de public (cf. Règlement de Police particulier du port du Crouesty/Refonte 2021).



ð Sur la mise en place du principe de saisonnalité (Quand ? Pour qui ?)


Dixit la CPM : « Le nombre de places dédiées à la plaisance et au public sera variable en fonction de la saisonnalité ».


L’ASUC ne partage pas le point de vue du gestionnaire qui déclare que la nouvelle organisation offrirait « à minima autant d’emplacements pendant les périodes de fortes affluences ». Pas si sûr !

En fait la saisonnalité est la même pour tous.

C’est bien lors des week-ends et en saison haute que les parkings sont saturés et que les plaisanciers ont essentiellement besoin de places de stationnement à proximité de leur bateau pour y accéder, charger et décharger.



ð Sur les modalités de stationnement : Durée ? Gratuité ?


· A ces questions posées dès le 7 juin en « réunion de travail » en présence des professionnels de la plaisance et représentants des plaisanciers-usagers, ces derniers n’ont reçu de la CPM que des réponses floues, évasives.


Durée autorisée de stationnement ? 48 heures ? 7 jours ? Au-delà... Déplacement obligatoire vers des parkings spécifiques excentrés ?


Récupération des véhicules ? Payant après un certain délai ? Tarifs ?


· Lors de la réunion du CLUPPIP, ce 17 juin, le Directeur du port/JM. GAUTER s’est engagé à formuler, préalablement à 2023, des réponses appropriées à tous ces points soulevés par les plaisanciers-usagers.



NOTRE POSITIONNEMENT


L’inquiétude est de mise.

ð La modification en vue d’un nouvel agencement et nouvelle gestion du parking, annoncée par la CPM, va inévitablement engendrer des difficultés et pénalise les plaisanciers-usagers notamment lors des départs en croisières de plusieurs jours.


Ceci va nécessiter notre vigilance et notre probable mobilisation.

La politique commerciale, le développement touristique et l’attractivité du port clairement affichée par le gestionnaire et les acteurs locaux dont la Commune d’ARZON, VANNES Agglo et le Département, impliquent de favoriser la rentabilité.


Tout comme la multiplication des contrats qui saturent le port en saison estivale, les parkings sont sources de revenus.

Ceci est contraire à la volonté affichée d’améliorer les services aux plaisanciers dont les stationnements à terre font partie.

Nous doutons dès à présent que « l’optimisation d’une gestion dynamique du parking Nord » telle qu’annoncée par la CPM soit réellement adaptée aux fonctions portuaires et préserve l’activité de la Plaisance au sens des nécessités et intérêts des usagers-plaisanciers.


ð L’ASUC demande que le nombre actuel de places alloué aux plaisanciers soit impérativement maintenu voire augmenté compte tenu du fréquent « surbooking » constaté sur le port du Crouesty.


Réduire ce nombre aurait pour conséquence d’accroître la saturation actuelle constatée à nouveau lors de cette saison 2022.


ð Ce problème de gestion des parkings porte atteinte à la qualité des services.


ð Ce problème ne concerne pas uniquement les plaisanciers-usagers dont les bateaux sont affectés aux darses Nord et EST. Tous les autres sites de stationnement dédiés aux plaisanciers-usagers sont visés à terme par le projet de réaménagement/nouvelle gestion du site STAROMER.


ð Si nous ne voulons pas connaître le même sort que nos amis plaisanciers de VANNES, mis devant le fait accompli, il nous faut réagir dès à présent !


En effet les plaisanciers-usagers du port de VANNES, désormais géré par la CPM, ont exprimé dans deux articles de presse leurs difficultés quant au stationnement. Ils témoignent de leur mécontentement et de leur colère compte tenu de la localisation du nouveau parking, la réduction du nombre de places et le coût journalier défini/imposé par la CPM.



Vannes Ex-Dédale
.pdf
Download PDF • 538KB

Vannes Rabine
.pdf
Download PDF • 616KB


Dans l’intérêt général des plaisanciers-usagers, en amont de ce projet, l’ASUC s’engage à témoigner de fermeté et détermination quant aux perspectives déjà envisagées par le gestionnaire/CPM au regard de cet espace de stationnement des véhicules des plaisanciers-usagers.


Pour avancer sur ce dossier, nous avons besoin de vos retours.


Merci de nous faire part de vos remarques, commentaires et suggestions.


A méditer et à suivre...

Sincèrement, merci de vos lectures.




Pour le Conseil d’Administration et le Bureau de l’ASUC,

Maryse MASSULTEAU, Présidente











108 vues0 commentaire